Le barbecue était très très chaud

Vous allez découvrir l’histoire d’une belle femme maghrébine de 52 ans qui l’espace d’une soirée va complètement déraper. Voici l’histoire de ma mère… Dans ma famille nous sommes cinq : mon père, ma mère, mes deux frères et moi. Nous sommes d’origine algérienne et musulmane, et nous vivons depuis toujours en banlieue parisienne. Notre famille respire le bonheur. Nous dégageons une image de famille parfaite. Cette image on l’a doit surtout à ma mère. Elle s’appelle Karima et a 52 ans. C’est une très belle femme et qui est plutôt bien entretenue pour son âge. Elle est très féminine et coquette. Elle est très généreuse et serviable n’hésitant jamais à donner coup de main ou rendre service aux voisins quand ces derniers en ont besoin. Elle est véritablement le pilier de notre famille et c’est elle sans conteste qui nous insuffle cette dose de fraîcheur et de bonne humeur permanente.

Mon père était à l’époque sur le point de fêter sa première année de retraité. Pour marquer le coup ma mère tenait absolument à ce que l’on organise un petit barbecue durant lequel mon père pourrait inviter la famille, ses amis et quelques-uns de ses anciens collègues. Il était enchanté par l’idée de cette petite fête et de pouvoir retrouver certains de ses anciens collègues qu’il n’avait plus vus depuis qu’il avait quitté son emploi.

Le jour J arriva. Si mes frères avaient trouvé un prétexte pour pouvoir éviter d’être présents à ce barbecue, l’ensemble des invités a répondu à l’appel et commençait à arriver à partir de 18h. Parmi la trentaine de convives, je pouvais reconnaître Nabil et Samira, un couple d’amis de mes parents; Lova, la sœur de mon père; Sonia ma fiancée; Michael et José, des anciens collègues de mon père. Michael était accompagné de son frère Denis, un bel homme blond aux yeux bleus d’environ 45 ans habillé d’un sublime costard. En ce qui concerne le reste des invités je ne les connaissais pas.

L’atmosphère y était très détendue. Il y avait une très grande majorité d’hommes et si au départ je ne connaissais pas grand monde, je n’ai pas hésité à aller vers ces inconnus pour faire connaissance. Mon père était la star de la soirée; il était au centre de toutes les attentions et était sans cesse solliciter par ces nombreux amis. Contrairement à lui, ma mère était beaucoup plus en retrait et s’occupait de toute l’organisation de cette soirée. Elle était radieuse. Elle portait une magnifique robe blanche qui s’arrêtait au milieu de ses cuisses et qui laissait apparaitre un joli décolleté. Pour parfaire son look sexy, elle avait décidé de se percher sur des talons aiguilles blancs.
La soirée bat son plein. Mon père commence à préparer le barbecue pour commencer la cuisson des viandes. C’est à ce moment que ma fiancée Sonia me rejoint. Elle m’explique qu’elle discute depuis près d’une heure avec un certain Aurélien, qu’il lui plait beaucoup et que si je suis d’accord, elle aimerait bien que ça aille plus loin. Et oui je ne l’ai pas précisé mais avec ma fiancée, nous sommes libertins. Il nous arrive de rencontrer d’autres personnes pour pimenter un peu notre vie sexuelle. Mais d’habitude on se préparait toujours avant de le faire et on en discutait plusieurs jours avant de rencontrer quelqu’un. Cette fois ci sa demande était soudaine et je me sentais pris au dépourvu. En mot, je n’avais vraiment pas envie que ça se fasse ce soir. Je lui proposais de prendre ses coordonnées et que l’on pourrait peut être organisé tout cela dans quelques jours. Elle acquiesça mais je la sentais quelque peu frustrée par ce refus. Cette demande de Sonia a été un véritable déclencheur; c’est à ce moment même que je me rendis compte que, par petits groupes, les hommes de la soirée n’hésitaient pas à draguer les quelques femmes de la soirée. C’était également le cas pour ma mère. Alors que mon père était occupé à faire griller les viandes dans le jardin, son ancien collègue Michael discutait avec ma mère dans la cuisine. De là où j’étais je pouvais les observer. Sans entendre ce qu’il se racontait, je comprenais aisément que Michael courtisait ma mère; certes avec beaucoup de retenu mais je n’étais pas dupe, ce salop qui a travaillé avec mon père pendant près de 20 ans n’hésitait pas aujourd’hui à draguer sa femme. Bien heureusement, dans l’attitude de ma mère je pouvais voir qu’elle n’était pas intéressée; elle faisait la discussion par courtoisie mais sans plus. Également dans la cuisine mais en retrait par rapport à eux, Denis, le frère de Michael, observait la situation et prenait part à la conversation lorsque l’on l’y invitait.

« A table! ». Par ce cri mon père annonça que ses premières viandes étaient cuites et que les plus affamés pouvaient venir se servir en premier. Les autres attendront le second tour. C’est à ce moment que Michael décide de laisser ma mère tranquille pour être sûr de pouvoir avoir de quoi manger. C’est ainsi qu’il abandonne ma mère avec son frère Denis et se jette sur les premières assiettes disponibles. Alors qu’une dizaine d’invités commencent à manger, mon père reprend la cuisson de ses viandes. Pendant ce temps-là, Denis est toujours dans la cuisine avec ma mère. Il est naturellement très classe et s’exprime avec beaucoup d’aisance. Ce type est vraiment bel homme, sûr de lui. Il me fait bonne impression et je commence à craindre de le laisser seul trop longtemps avec ma mère. Heureusement, je vois que ma mère garde la même ligne et que toujours avec beaucoup de courtoisie, elle discute avec son invité mais que cela n’ira pas plus loin. Soulagé je baisse ma garde. Je file dans le jardin et m’empresse d’attraper une assiette pour me restaurer à mon tour, je discute un peu avec mon père et au bout de dix minutes je décide de retourner dans le salon. Quelle surprise! A mon retour je m’aperçois que Denis et ma mère sont toujours ensemble dans la cuisine mais que celle-ci a l’air beaucoup plus réceptive au charme de Denis. En effet il discute toujours avec elle mais il est très proche d’elle, n’hésite pas à la prendre par la main, lui caresser le bras, lui parler tout bas à l’oreille… et à ma grande stupéfaction, elle se laisse faire, rigole comme une jeune adolescente à tout ce qu’il peut lui dire. C’est bien la première fois que je vois ma mère fondre pour un homme autre que mon père; et pourtant les amis et les voisins ont toujours fait d’elle une mère modèle et d’une femme fidèle… A quelques mètres de là, je remarque que le couple d’amis de mes parents, Nabil et Samira, observent également la scène. Leur réaction est sans appel, ils sont outrés par ce qu’ils voient. Alors qu’ils discutent tout bas entre eux, je peux les sentir très en colère. De toute évidence, eux qui sont très attachés aux valeurs de la religion, n’apprécient pas du tout de voir ma mère flirter avec un autre.

Soudain, mon père me demande un coup de main pour que je distribue des assiettes aux invités qui sont restés dans le salon. Je m’exécute, cette distribution me prendra cinq minutes. Quelle erreur! Me voilà dans la cuisine mais il n’y a plus personne. Je cherche parmi les invités pour me rassurer en essayant de retrouver ma mère mais sans résultat. Je demande successivement à Sonia, mon père, Lova (ma tante, la sœur de mon père) s’il aurait aperçu ma mère mais tout le monde me répond par la négative; mon père allant même jusqu’à me répondre sèchement :
-Mon père : « Est-ce que tu crois que j’ai le temps de m’occuper de savoir où est ta mère? Je dois terminer de faire griller toutes ces viandes ».

Je m’inquiète de plus en plus pour ma mère car Denis est également absent. Enfin après 10 minutes de recherche, je vois Denis descendre l’escalier. Je suis très surpris car nous avions demandé aux invités de ne pas monter à l’étage. Je suis cependant soulagé de ne pas voir ma mère avec lui. J’ai à peine eu le temps de me rassurer que je vois ma mère descendre à son tour les escaliers. Quel choc! Mais que sait-il passer? Est-ce que ma mère aurait commis l’irréparable? Nous sommes une poignée à être dans le salon et cela n’a échappé à personne que Denis et ma mère étaient ensemble à l’étage, qu’ils sont redescendus à quelques secondes d’intervalle et surtout que Denis arbore le sourire décontracté du mec qui vient de tirer son coup. Malgré tout, sans preuve tangible je dois encore accorder le bénéfice du doute à ma mère. Ce n’est pas le cas de Nabil et Samira qui outrés par cette enchainement de quiproquos, décident de rentrer chez eux. Ils s’excusent auprès de mon père et prétexte une urgence pour nous quitter sans prendre le soin de saluer ma mère. D’ailleurs je ne vois plus Michael. J’ai l’impression qu’il est parti. Peut-être que lui aussi a remarqué le petit manège entre ma mère et son frère, et qu’il l’a mal pris; d’autant plus qu’il n’hésitait pas à draguer ma mère en début de soirée.

La soirée continue, Denis est toujours aussi proche de ma mère. Je me pose des questions. Est-ce que je dois en parler à mon père? A ma mère? Je remarque que Denis se permet des familiarités avec ma mère devant mon père. Il n’hésite pas, comme il le faisait précédemment, à prendre ma mère par le bras, à plaisanter avec elle… D’ailleurs ma mère elle aussi continue à rire de ses plaisanteries devant mon père, à jouer avec lui… Cette scène me rassure; je commence à me dire que s’ils ont cette attitude devant mon père c’est que forcément je me suis fait toute une histoire de ce rapprochement et qu’en fait cela ne valait pas la peine de s’inquiéter pour si peu. De toute évidence ils s’entendent très bien, et ne s’en cachent pas, ni devant les invités, ni devant mon père. « Ahhhh! ». Je souffle enfin. Je vais à nouveau pouvoir profiter de la soirée. Que je suis idiot d’avoir cru que ma mère pourrait faire ça avec un autre homme. J’en profite pour rejoindre Sonia qui discute toujours avec Aurélien. La discussion s’est approfondie entre eux; Sonia lui a avoué que nous étions un couple libéré et que nous aimerions le rencontrer d’ici quelques jours. L’idée lui plait mais il aimerait nous revoir le soir même après la fête. Malheureusement je n’ai vraiment pas envie que cela se fasse ce soir. Sur ce coup, je suis en totale contradiction avec ma fiancée; je vois bien qu’elle meurt d’envie de découvrir cet homme dès ce soir. Et son insistance ne m’aide pas à lui faire entendre raison. Je me dis que de toute évidence, je vais devoir surveiller Sonia d’un peu plus près. J’ai passé la soirée à m’occuper de ma mère et pendant ce temps Aurélien n’a cessé d’essayer de convaincre ma copine de s’offrir à lui pour un soir.

Tout le monde a enfin terminé de manger. Les invités se regroupent dans le salon et abandonnent le jardin qui devient le terrain de chasse des moustiques. A l’intérieur certains ont décidé de danser depuis que ma mère a mis la music à fond, d’autres préfèrent s’éloigner pour discuter calmement. Denis et ma mère qui sont devenus inséparables dansent ensemble. L’ambiance est vraiment géniale, tout le monde s’amuse et comble de l’ironie, c’est Denis qui invite mon père à les rejoindre pour danser à trois. Lorsqu’il les retrouve pour danser, ma mère se retourne face à mon père et se colle à lui. Elle danse désormais collé contre lui tandis que dans son dos, Denis danse également à environ 20cm d’elle. Tout le monde s’amuse de voir ma mère ainsi coincée entre ces deux hommes. Du coup, mon père s’enhardit, il passe ses bras au dessus des épaules de ma mère, saisit Denis par les épaules et le tire vers lui. Je suis ébahi par le spectacle; suite à ce geste de mon père le sexe de Denis est en contact avec le cul de ma mère. Commence une danse endiablée durant laquelle je vois les deux hommes s’activer et remuer leur bassin tandis que ma mère se retrouve au milieu et ne cache pas son plaisir.

Sonia me glisse dans l’oreille :
-Sonia : « dis donc c’est plutôt chaud par ici! » A la fin de la danse, nous pouvons tous constater que mon père et Denis arborent des gaules mémorables.
Tout à coup le téléphone se met à sonner. Ma mère va répondre. Au bout de quelques minutes de discussion elle appelle mon père. Elle lui explique que l’une de ses meilleures amies est tombée en panne à Paris et qu’elle aurait besoin d’un coup de main. Ma mère réussit à convaincre mon père d’aller la chercher. Nous sommes situés à environ 45 minutes de Paris. Malgré tout, mes parents ne peuvent se résoudre à la laisser seule à Paris. Mon père nous quitte donc et la soirée continue sans lui. Nous continuons tous à danser. Je remarque cependant qu’Aurélien essaye d’attirer Sonia à l’écart du groupe, je m’inquiète de ses intentions alors je les rejoins. En même temps, je remarque que Denis danse toujours aussi rapproché de ma mère. Je me pose quelques questions et je me dis qu’après tout c’est mon père lui-même qui a permis à Denis de danser ainsi avec elle. Avec Sonia, je me rends compte qu’Aurélien est de plus en plus pressant; celle-ci n’attend que mon accord pour monter dans ma chambre et satisfaire cet homme qui a fait naitre en elle le désir sexuel. Je m’écarte avec elle pour lui expliquer que je ne me sens pas prêt à la voir avec un autre homme ce soir. Elle me comprend tout à fait et m’embrasse en m’assurant qu’elle respectera ma décision. En terminant sa phrase, elle me fait remarquer que Denis et ma mère sortent ensemble dans le jardin mais pour l’instant je n’y prête pas attention. Ce n’est qu’en voyant qu’ils ne reviennent pas au bout de 5 minutes que je décide d’aller voir ce qui se passe. Au fond de notre jardin, nous avons une petite maisonnette/studio que nous louons à l’occasion; et je remarqueque la lumière y est allumée. Il ne fait aucun doute que ma mère a trouvé refuge dans ce petit studio. Je me rapproche pour essayer d’entendre un bruit qui pourrait m’informer sur ce qui se passe mais je n’entends rien. J’essaye de jeter un œil par la fenêtre mais les rideaux sont tirés. Je remarque cependant que le rideau n’a pas été tiré jusqu’au bout et depuis un petit coin de la fenêtre je peux épier et voir ce qui se passe à l’intérieur. Wooooow! Quel choc! Denis embrasse à pleine bouche ma mère et celle-ci lui rend volontiers son baiser. Mes jambes se mettent à trembler de frisson. Je ne sais pas si je dois être en colère ou excité; je reste figé sur place à admirer le spectacle. Peu à peu l’excitation prend le dessus sur tout, je me remets à me demander si du coup il s’était passé quelque chose entre eux avant qu’ils ne descendent ensemble les escaliers. Tout se mélange dans ma tête quand tout à coup Denis glisse ses mains sous la robe de ma mère et fait glisser le string de ma mère et s’arrête au dessus des genoux.
-Denis : « Tu m’as dit que tu ne veux pas être pénétrée, mais moi j’en ai terriblement envie. Retire complètement ton string et mets le dans ma poche si tu veux aller jusqu’au bout » Ils se regardent pendant environ trente secondes et soudain d’un petit jeu de jambes ma mère fait glisser son string jusqu’en bas de ses chevilles. Elle le ramasse et comme demandé, elle le glisse dans la poche de cet homme qui au moment présent la possède totalement. Prenant les devants, il défait son pantalon et laisse apparaitre son sexe à l’air libre. Sans un mot ni de l’un ni de l’autre, ma mère s’avance vers lui, se met à genoux, et avale le sexe de son amant. Elle le suce telle une véritable experte, ma mère s’était transformée en star du X. Cette mère si aimante et si douce que j’ai toujours connu avait laissé place à une parfaite inconnu, une femme désirable, capable de me faire bander de plaisir, de m’offrir un spectacle hors du commun… j’étais aux anges et c’est ma mère qui me produisait cet effet.
-Denis : « ça suffit, tu vas finir par me faire jouir avant même que je ne puisse te pénétrer » Il relève ma mère, lui plaque la poitrine contre la table, et sans préservatif commence à lui prendre le vagin par derrière. Il est très viril dans sa façon de posséder ma mère mais en même temps il est très délicat faisant de ma mère un objet rare que l’on traite avec soin. J’aime le voir humilier et respecter ma mère. C’est deux termes sont en totale contradiction mais c’est vraiment ce que je ressens à ce moment-là. Il dévergonde ma mère mais il la respecte complètement. Le spectacle est incomparable : ma mère est plaqué les seins contre la table, la robe remontée au dessus des hanches, ses belles et longues jambes dans la continuité de ses talons s’enracinent dans le sol; son étalon est derrière elle et s’active à lui retirer des petits gémissements de plaisir. La situation m’excite d’autant plus que ma mère laisse un inconnu la pénétrer sans se protéger. Cette part de risque décuple mon plaisir.
-Ma mère : « éteins la lumière stp, je ne peux pas le faire avec la lumière allumée » C’est ainsi qu’après seulement quelques secondes de ce spectacle, Denis éteint la lumière, me privant ainsi du reste du spectacle. Je ne vois plus rien. Dans la pénombre je peux à peine distinguer ce qui se passe. Me voilà frustré de me plus goûter à ce plaisir visuel. Je me concentre sur ces petits cris aïgus que pousse ma mère. Ce plaisir sonore, la frustration de ne plus rien voir si ce n’est des ombres s’agiter, décuple mon excitation. Je suis complètement ailleurs; tellement ailleurs que je ne remarque pas que ma tante Lova m’a rejoint dans le jardin.
-Lova : « Mais que fais-tu ici? »
Je n’ai pas le temps de lui répondre qu’elle entend les cris de plaisir.
-Lova : « Est-ce que c’est Sonia avec quelqu’un d’autre? » Je suis très proche de ma tante Lova qui est une sorte de confidente pour moi. Elle connait nos pratiques et cela ne l’aurait pas étonné plus que ça s’il s’agissait de Sonia à l’intérieur. D’un signe de la tête je lui fais comprendre qu’il ne s’agit pas de Sonia.
-Lova : « Oooooh! »

Jusqu’à aujourd’hui ce « oh » d’étonnement résonne encore en moins. Lova venait de comprendre ce qui se passait. Elle avait reconnu la voix de ma mère. Elle a aussitôt tourné les talons et est repartie de là où elle venait m’abandonnant au plaisir de ma mère et à celui de son maître d’un soir.
Tout cela a duré une bonne vingtaine de minutes et durant tout ce temps, je suis resté à la fenêtre observant ce jeu d’ombre, me satisfaisant des cris de ma mère pour mon plus grand plaisir. Tout se chamboulait dans ma tête. Je repensais à Nabil, Samira et Michael qui nous avaient quittés plus tôt dans la soirée, ma copine Sonia qui avait un faible pour ce Aurélien que je connais à peine, mon père qui dans son rôle de star de la soirée en a oublié de surveiller sa femme, Lova qui a surpris ma mère en pleine action… Woooow! Quelle soirée!
Les cris de ma mère ont cessé et cela me fait redescendre sur terre. La lumière se rallume. Je vais pouvoir admirer l’étendue des dégâts. Je découvre ma mère assise sur le sol, complètement décoiffée, les seins sortis de l’orbite de sa robe, le visage couvert de sperme. Le prédateur relève sa proie, qui tient à peine sur ses jambes. Il saisit un morceau de tissu de la robe de ma mère et s’essuie le sexe avec. Cette acte est vraiment symbolique à mes yeux. Cette robe était la robe préférée de mon père; il l’avait acheté à ma mère pour fêter leur anniversaire de mariage. Ce cadeau, signe de leur amour, servait aujourd’hui à essuyer le sexe salit de ce voleur de femme.
J’observais ainsi ma mère, qui de fatigue, se laissa tomber à nouveau au sol. Denis n’avait plus d’importance à mes yeux. J’étais omnibulé par le spectacle offert par ma mère. Plusieurs sentiments se mélangeait en moi; j’étais fier de ma mère, fier qu’elle assume sa féminité, son envie d’être femme; mais j’étais aussi dégoûté de la voir se faire salir par cet inconnu. Sans oublier que par-dessus un terrible sentiment d’excitation prenait le dessus. Ce soir il s’agissait surtout d’une femme bandante qui m’a offert le spectacle le plus excitant de ma vie. J’étais tellement absorbé par ma mère que je n’ai pas remarqué que Denis sortait du studio. En sortant il me voit et remarque que j’observe ma mère, il me glisse un sourire complice en s’éloignant. Ce sourire m’a beaucoup troublé; alors qu’il aurait dû endosser le rôle du « grand méchant de la soirée », son sourire avait fait de moi l’homme malsain qui regarde sa mère se faire prendre. D’un simple sourire, il a réussi à inverser les rôles et me faire comprendre que mon secret serait bien gardé. Je me sentais piégé; je devais donc moi aussi garder ce lourd secret pour être certain que lui aussi ne dirait rien sur moi. Je me suis dépêchais de rejoindre les invités dans le salon avant que ma mère ne sorte à son tour, en jetant un dernier coup d’œil sur cette femme hors du commun qui s’essuyait désormais le visage pour se nettoyer du sperme qui l’inondait.
Nous avions tous regagné le salon, certains invités commençaient à partir. J’avais l’impression que tout le monde comprenait ce qui s’était passé, que certains invités faisaient des messes basses. Je ne sais pas si j’étais dans le vrai ou si j’étais devenu parano, mais c’est l’impression que cela me donnait. C’est peu après minuit que mon père est finalement rentré. A notre grande surprise, il nous annonce qu’en fait l’amie de ma mère a pu redémarrer sa voiture avant qu’il n’arrive sur place. Ce n’est qu’en arrivant là-bas et en ne trouvant personne qu’il a appelé l’amie de ma mère qui lui a expliqué en s’excusant qu’elle avait réussi à démarrer sa voiture et rentrer chez elle. Au fond de moi, je me disais que ça valait bien la peine de faire le chemin jusqu’à Paris, d’être cocu et tout ça pour rien en plus!

Dès son retour, mon père et ma mère s’éclipsèrent. Je suis quasiment certain de ce qui se passe car je connais le sentiment que ressent ma mère. Avec Sonia, à chaque fois que nous avons une relation avec d’autres partenaires, nous ressentons le désir viscéral de faire l’amour ensemble tout de suite après. Cela ne m’étonnerait pas du tout que ce soit le cas pour ma mère et qu’après s’être occupé de son maître du soir, elle revienne dans les bras de mon père comme si de rien n’était. Ils se sont absentés pendant plus de 20 minutes, c’est durant ce moment que
Denis a choisi de venir discuter avec moi.
-Denis : « Bonjour je m’appelle Denis, tu es bien le fils de Karima? » -Moi : « Oui » -Denis : « Je suis désolé pour ce que tu as vu. Mais il ne faut pas que cela s’ébruite pour le bien de tous. Ta mère ne mérite pas que l’on crée un scandale pour cette histoire. C’est une belle femme qui a des désirs et tu sais, cela ne se passe pas très bien avec ton père de ce côté-là. Tu dois la comprendre et garder ce secret pour toi. Et puis, tu peux me faire confiance, je garderai bien ton secret, j’ai bien compris que tu as maté toute la scène. » -Moi : «Ne t’en fais pas je n’avais pas l’intention de révéler ce que j’ai vu. Mais j’ai l’impression que pas mal de monde a remarqué ce qui s’est passé ce soir » -Denis : « Peu importe ce que pensent les gens. La plupart des hommes de ce soir n’hésiteraient pas à sauter ta mère s’ils en avaient l’occasion, mais ce sont des hommes qui ne sont pas à la hauteur de ta mère, ils n’oseraient jamais l’aborder et même s’ils le faisaient ils ne sont pas suffisamment classe pour une femme comme Karima. Ce soir tout le monde parlait de ta mère et sa robe blanche sexy mais personne n’a osé aller lui parler. Alors peu importe ce qu’ils pensent. » -Moi : « Je ne dirais rien, tu peux compter sur moi mais en échange j’ai une faveur à te demander. En début de soirée, je t’ai vu descendre les escaliers avec ma mère qui te suivait. Que sait-il passé? » -Denis : « Il ne faut pas chercher à tout savoir, je pense que tu as eu largement de quoi te rincer l’œil ce soir » -Moi : « J’insiste stp » -Denis : « Comme tu le voudras. Ta mère plait depuis plusieurs années à mon frère. Depuis que ton père est retraité, Michael ne la voyait plus. Il a alors décidé de venir ici avec l’idée d’essayer de séduire ta mère » Je n’étais pas étonné, j’avais bien remarqué que Michael draguait ma mère en début de soirée dans la cuisine.
-Denis : « Mon frère m’a donc demandé de venir ce soir pour occuper ton père dans l’éventualité où il réussirait à tirer son coup. A vrai dire, je ne croyais pas un seul instant que cela marcherait. Et une fois ici, je me suis rendu compte que je n’avais même pas à occuper ton père, il a su se rendre occupé par lui-même avec tous ces invités et la cuisson des viandes. J’ai donc regardé mon frère draguer ta mère sans grande réussite lol. Lorsque les premières assiettes ont été servies, mon frère est parti manger me laissant seul avec Karima. J’ai commencé par détendre l’atmosphère, une fois que je l’ai sentie en confiance, je lui ai proposer quelque chose qu’elle a du mal à refuser. » -Moi : « Ah bon quoi donc? » -Denis : « Elle refusait les avances de Michael, J’ai alors poussé le bouchon encore plus loin. Je lui ai proposé de se faire les deux frères en même temps. Elle n’a pas répondu tout de suite passant même à un autre sujet. Mais elle est finalement revenu sur ma proposition en me disant qu’elle était d’accord mais uniquement pour des fellations. Je suis immédiatement parti chercher mon frère. Je t’ai croisé, tu distribuais des assiettes aux invités dans le salon. Nous sommes montés tous les trois à l’étage. Ta mère nous a enfermé dans les toilettes et s’est assise sur la cuvette. Ta mère est une véritable reine, avec une classe sans égale elle a défait nos pantalons et s’est mise à nous sucer à tour de rôle. Karima a su se défaire de tout ce que la situation pouvait avoir de pervers et a fait de ce moment un instant artistique sans comparable. Elle a passé une main dans son string et de l’autre se caressait les seins pour intensifier son plaisir. Très rapidement, Michael a éjaculé au fond de sa gorge, et elle a tout avalé. Il est sorti en me disant, j’ai eu ce que je voulais je rentre chez moi. Je décidais que je resterais ici un peu plus longtemps et qu’il pouvait partir sans m’attendre. » Quel choc! Moi qui pensait que la drague de Michael n’avait aucun effet auprès de ma mère, il aura finalement réussi à arriver à son but. En ne le voyant plus je pensais qu’il était parti à cause de l’attitude de son frère mais en fait il n’avait plus rien à faire ici, il a eu ce qu’il voulait il est donc rentré chez lui.
-Denis : « En sortant des toilettes, Michael a laissé la porte grande ouverte, nous n’avons pas pris le temps de faire de la fermer et je crois que nous avons tous les deux apprécier ce risque que nous prenons. Après quelques minutes de cette délicieuse gâterie, ta mère n’arrivant pas à me faire éjaculer, me dit qu’elle devait redescendre pour ne pas susciter trop d’interrogations sur son absence. Je lui ai demandé de trouver un prétexte pour sortir de la maison afin que nous puissions faire l’amour. Elle me répondit qu’en aucun cas il n’était question d’une quelconque pénétration, mais qu’elle trouverait le moyen de terminer ce qu’elle a commencé en me faisant jouir. C’est ainsi que j’ai découvert en même temps que le tout le monde qu’elle allait envoyé ton père à Paris avec la complicité de l’une de ses amies en prétextant une panne de voiture qui n’a jamais existé. Elle avait décidé de faire sortir ton père plutôt que de sortir elle-même. Elle m’a avoué plus tôt dans la soirée alors que nous dansions à trois avec ton père que la situation l’excitait énormément et que de sucer un inconnu au milieu de tous ces invités la rendait complètement folle, c’est ainsi que j’appris que ton père allait me laisser le champs libre pour arriver à dévergonder sa femme. Le reste je crois que tu l’as vu de tes propres yeux, non?» -Moi : « Pas vraiment, vous avez très rapidement éteint la lumière, que sait-il passé? » -Denis : « Écoute, tu m’es très sympathique, mais tu as appris suffisamment de choses sur ta mère ce soir. Sache juste que dans le noir, ta mère ne voulait que je la prenne que par le cul. Elle a l’air d’être plus anale que vaginale. Et ton père n’aime pas la prendre par le cul.» C’est à ce moment que mes parents sont revenus dans le salon. Pour moi il ne faisait pas de doute, ma mère venait de satisfaire mon père et il arborait désormais le même sourire satisfait que celui de Denis quelques heures plus tôt. Au fond de moi, je ne pouvais m’empêcher de me dire, retire toi ce sourire d’idiot, ce soir tout le monde a profité de ta femme avant toi espèce de con! Denis est allé vers mon père pour discuter avec lui. La soirée touchait à sa fin, il ne restait plus qu’une poignée d’invité. Mon père était assis dans un petit canapé pour deux personnes avec ma mère et Denis.Ma mère était avachi sur le torse de mon père qui lui passait son bras autour du cou. Denis était assis près de ma mère qui laissait glisser le bout de ses doigts sur la cuisse de celui qui l’a fait chavirer plus tôt dans la soirée. Ils s’entendaient bien tous les trois. Si je ne connaissais pas mon père et sa jalousie légendaire, on aurait pu croire qu’il s’agissait là d’un trio sexuel. C’est d’ailleurs ce que fait ressentir ce trio aux derniers invités restant. Très vite, tout le monde s’en va, Denis et mon père s’échange leurs numéros. Nous nous retrouvons en petit comité, mon père remercie ma mère pour cette soirée qu’il a trouvé excellente. Il se ravit de la rencontre avec Denis et ne cesse de tarir d’éloges son invité du soir.
Mon père : « Denis est vraiment génial, il est bon vivant, il a beaucoup de classe, il sait mettre les gens à l’aise. Je l’apprécie beaucoup. Karima, j’ai l’impression que tu t’entends bien avec lui. On se plaignait souvent de ne pas avoir beaucoup d’amis en commun, je crois que pour le coup, on est tombé sur un mec génial. » L’excitation retombée, ma mère acquiesça tout simplement d’un signe de la tête. La femme débordant de sensualité que j’avais pu voir plus tôt avait disparu et la femme et mère de famille était revenue. J’avais fait connaissance ce soir là avec la femme la plus excitante qui m’est était donné de rencontrer. A mon grand désespoir, je n’ai plus jamais eu la chance de la revoir à nouveau, devant me contenter de la femme jouant le rôle de mère de famille. Je me console en me disant que j’ai eu la chance de pouvoir voir ce dont ma mère est capable dans son intimité et que peu de personne auront la chance de connaitre aussi intiment leur mère.

En allant me coucher ce soir-là, je fis l’amour sauvagement à ma copine. Elle s’en rappelle encore aujourd’hui et en parle comme l’une de ses meilleures fois. J’ai rejeté toute l’excitation accumulée ce soir-là sur Sonia, pour son plus grand plaisir.
Le lendemain, à froid, j’étais tétanisé par les retombées qu’allaient avoir cette soirée. Trop de personnes avaient eu des soupçons, ma tante avait surpris ma mère en pleine action. J’étais persuadé que le bruit ferait le tour du quartier très rapidement. Mais les jours, puis les semaines, puis les mois défilaient, mais aucun signe de cette soirée ne resurgissait. Cette histoire était enterrée à tout jamais mais rien ne serait plus jamais comme avant.
Plus jamais, Nabil et Samira ne sont revenus à la maison. Ils ont peu à peu pris leur distance vis-à-vis de notre famille.
La relation qui m’unissait à ma tante a complètement changé. Nous étions si proches mais désormais elle me parlait à peine et me faisait clairement comprendre sa déception de me voir mater ma mère avec un autre homme sans réagir. Elle aussi se fait de plus en plus rare. Elle avait l’habitude de nous rendre visite régulièrement. On ne la voyait désormais plus que durant les réunions familiales.
Avec Sonia, nous avons finalement revu Aurélien. Tout avait changé dans ces petits extras que l’on s’accordait avec Sonia. Avant cette histoire, j’aimais participer au trio, à ces rencontres avec d’autres hommes et femmes. Désormais mon plaisir était de voir Sonia avec deux autres mecs et de mater tout en me branlant dans mon coin. Je l’autorisais même à rencontrer d’autres personnes (hommes ou femmes) sans que je sois présent et sans mon accord. Elle vit une parfaite vie de célibataire toute la journée et rentre à la maison le soir me raconter ses aventures quand elle a la chance de rencontrer des personnes qui lui plaisent. On adore tous les deux la tournure que notre couple a pris. Elle prend son pied avec des inconnus et moi ça me plait. Tout cela a été débloqué depuis cette soirée. Je préfère savoir qu’elle rencontre d’autres personnes et retirer le plaisir où je peux des histoires qu’elle me raconte plutôt qu’un jour elle se livre à un autre homme en secret comme l’a fait ma mère.
En parlant de ma mère, tout a également changé pour elle. Elle était toujours aussi populaire auprès du voisinage mais plus pour les mêmes raisons. De toute évidence l’info avait circulé et tout le monde savait de quoi ma mère était capable. J’étais le témoin quotidien des tentatives de drague des voisins sur ma mère. Chacun essayait à sa façon de se rapprocher d’elle pour arriver à ses fins. Même mes potes n’hésitaient pas à venir à la maison plusieurs fois dans la semaine pour voir ma mère en prétextant venir me voir. Hey les gars! Si vous vous reconnaissez en lisant tout ça, sachez que je sais très bien pourquoi vous venez régulièrement à la maison. Enfin Denis et mon père sont devenus très bons amis et se voient régulièrement. Ma mère prétend qu’elle ne l’aime pas trop, qu’elle le trouve trop arrogant et qu’elle ne veut plus le voir à la maison. Mon père accepte la décision mais je ne sais pas comment fait-il pour ne pas se poser des questions. Sa femme a passé la soirée à s’amuser avec Denis mais après elle ne veut plus le voir sous prétexte qu’il ne lui plait pas trop. Cherchez l’erreur! Toujours est-il que Denis et mon père se rencontrent souvent mais à l’extérieur.

Est-ce que ma mère voit toujours Denis? Je ne le sais pas. Mais dans l’espoir de pouvoir revoir un jour la déesse du sexe qu’elle a été ce soir-là, je l’espère de tout cœur!
Vous êtes désormais dans la confidence. Chuuuuuut! Gardez le secret!